DERNIERS CONCERTS

Dimanche 7 octobre à 17:30 au Temple de Jussy

Pimienta negra

Une histoire de la musique cubaine

Vocal Iroko

Ondina Duany, direction musicale et chant Arlety Valdés, arrangements et compositions Amanda Cepero et Diana Granda, chant, Orland Oliva, percussions et basse , José Luis Musetti, piano


, africain et français. Les espagnols y ont apporté la ligne mélodique avec ses harmonies et des instruments à corde comme le luth et la guitare ainsi que les intentions narratives du texte, les africains les rythmes, le dialogue entre choristes et soliste et les instruments de percussion et les français les danses de salon. La percussion polyryhtmique est à la musique africaine ce que le style mélodique est à la musique européenne. De l’union de ces cultures est née la musique populaire criolla, sous la forme de bolero, chachacha, mambo, timba et rumba, ainsi que la musique sacrée dédiée aux Orishas, les déités cubaines. En incorporant des éléments harmoniques, des cellules rythmiques contemporaines et en développant le travail vocal à quatre voix, Iroko revisite ces chants et devient le réceptacle de forces ancestrales transmises oralement de génération en génération.

 

 

2 septembre à 17:30

Jazz pour le coucher du soleil

Concert en plein air dans le jardin du 359 route de Jussy


 Le trio de jazz de Christine Python (voix), Christian Graf (guitare) et Massimo Pinca (contrebasse), professeurs au Conservatoire populaire, à l’AMR et au Conservatoire de Lausanne, propose un concert de jazz qui serait un voyage intimiste dans le répertoire des grands standards internationaux. Le lieu sera un nouveau jardin à découvrir, celui du 359 route de Jussy.

27 mai 2018

 4 + 6 cordes

Duo Sébastien Singer, cello et André Fischer, guitare.

 

Au temps de leurs études déjà, Sébastien Singer et André Fischer formèrent un duo violoncelle et guitare. Passionnés de musique de chambre, ils décidèrent de se consacrer au répertoire original pour leur insolite formation tout en étayant ce dernier par d’habiles transcriptions parmi lesquelles la célèbre sonate pour arpeggione de Schubert, les quatre Tangos pour flûte et guitare de Piazzolla, les sonates pour viole de gambe et clavecin obligé de Bach ou encore la suite de « l’Amour Sorcier » de De Falla sont à citer.

Ensemble à la longévité suffisamment inhabituelle pour qu’elle soit relevée, le duo Singer – Fischer doit son entente sans failles au moins autant aux heures qu’il passe à la reconstruction du monde qu’à celle qu’il voue à la constante recherche d’un équilibre du son entre deux instruments à priori antagonistes.

En 2015, le label Stradivarius a présenté le premier enregistrement du duo, consacré aux trois sonates pour gambe et clavecin de Bach (transcription de la partie de clavecin par André Fischer). Magnifiquement accueilli par les mélomanes ainsi que par la presse internationale spécialisée, cet enregistrement a reçu un « Granny Award », distinction des plus convoitées décernée par un jury de grand-mères subjectives et corrompues.

En 2009, Sébastien Singer et André Fischer ont créé la série les Concerts de Camille, rendez-vous incontournable de la vie musicale neuchâteloise, proposant l’alliance subtile entre joyaux musicaux et viticoles à travers des concerts suivis d’une dégustation de vins.

 15 avril 2018

Le violoniste du diable

Sergey Malov joue les 12 derniers Caprices pour violon solo de Niccolo Paganini alternés avec des improvisations sur des airs irlandais à l’alto et loop machine

AUSTRIA/Sergey Malov © Julia Wesely

Sergey Malov est né à St Petersbourg dans une famille de musiciens. En constante recherche de l’interprétation juste et d’une plus grande liberté technique, il part pour le Mozarteum de Salzbourg recevoir l’enseignement de Helmut et Thomas Zehetmaier, Rainer Schmidt, Igor Ozim (violon) et Thomas Riebl (alto). Il s’établit à Berlin où il étudie la musique de chambre avec Antje Weithaas et Eberhardt Feltz à la Hochschule “Hanns Eisler.

Finaliste du prestigieux concours ARD dans la catégorie alto, il remporte le Prix “Alice Rösner” et le Prix “Frères Busch” (2008). En 2009, il reçoit le Premier Prix et le Prix du Public au Concours international Jascha Heifetz (violon) à Vilnius, en 2010 le Premier Prix au premier Concours international d’alto de Tokyo et en 2011 du Concours International Michael Hill (violon).

Au cours des dernières saisons, Sergey Malov s’est produit en récital avec l’Akademie für Alte Musik à la Berlin Philharmonie, au Concertgebouw, au festival Kultursommer Nordhessen, Handel House de Halle, Radio Bremen er Wigmore Hall de Londres. Passionné de musique de chambre, il a été invité à jouer au Festival de Musique Baroque Oude Muziek d’Utrecht et au Festival Kuhmo avec des musiciens de la taille de Florian Birsak, Jean-Guihen Queyras, Jörg Widmann et Antje Weithaas. Récemment, il a été invité comme soliste par l’Orchestre Symphonique de la Radio de Bavière, la BBC Symphony Orchestra, la London Philharmonic Orchestra and Lahti Symphony. Dernièrement, il a été soliste en tournée avec l’Orchestre Baroque de Venise dirigée par Andrea Marcon ainsi que sous le bâton de Dmitrij Kitajenko, au Wigmore Hall de Londres, à Barcelone, Saint Petersburg, Afrique du Sud et Japon.

Dans sa collection d’instruments se retrouvent un violon de Ferdinando Gagliano, un alto de Pietro Gaggini (1958) prêté par la Fondation Carlo van Neste,un violon baroque de Giofredo Cappa, prêté par la Jumpstart Jr. Foundation and un violoncello da spalla construit spécialement pour lui par Dmitry Badiarov (2011, 2013).

Depuis 2017, Sergey Malov est professeur de violon à la Musikhochschule de Zurich.

25 février 2018

Quatuor Terpsycordes

Girolamo Bottiglieri, premier violon

 Raya Raytcheva, second violon

 Blythe Teh Engstroem, alto

François Grin, violoncelle

W.A.Mozart  Les Dissonances KV 465

A. Dvorák Quatuor américain no 12 opus 96

Prisme des répertoires, multiplicité des approches musicales, kaléidoscope des personnalités ; autant de facettes qui confèrent au Quatuor Terpsycordes son identité unique. Récompensé par un Premier Prix au Concours de Genève en 2001, ce carré d’archets a su faire rayonner un talent multiple de quatre, à la scène comme au disque.

Tous salués par la presse spécialisée, les enregistrements de Terpsycordes reflètent une volonté de toucher l’essence du texte : les quatuors de maturité de Schubert (Quartettsatz D 703, Rosamunde, La jeune fille et la mort et D 887), ainsi que l’Opus 132 et l’op. 18 n° 6 de Beethoven révélés par les instruments d’époque, Schumann (Opus 41), Haydn (Opus 33 et Les sept dernières paroles du Christ en Croix) mis en regard, le Quintette de Vierne (Brilliant Classics), sans oublier des créations du compositeur Gregorio Zanon, ainsi que des incursions dans l’univers du tango et du jazz.

Fondé en 1997, le Quatuor Terpsycordes a suivi l’enseignement de Gábor Takács-Nagy. Galvanisés par le contraste des origines (Italie, Bulgarie, USA et Suisse), ses membres éblouissent régulièrement le public des grandes saisons et festivals de ce monde, tout en gardant à l’oreille le souffle de Terpsichore, muse qui relie le geste et l’esprit. Terre, psy, cordes.

En 2017, le Quatuor Terpsycordes a célébrée son 20e anniversaire avec des concerts en Suisse, en Belgique, en France, en Italie ainsi qu’en Chine.

Mercredi 29 novembre 2017 à 20:00

Quatuor Hanson
Dans le cadre du Festival des lauréats du Concours de Genève

Fondé en 2013, le Quatuor Hanson se forme sous l’impulsion de Hatto Beyerle (European Chamber Music Academy), du Quatuor Ebène et de Jean Sulem au Conservatoire Supérieur de Paris. Guidés par leurs conseils, ils font des quatuors de Haydn leur point d’ancrage esthétique et musical. L’étude des œuvres classiques leur permet de mettre en lumière l’aspect rhétorique, souvent fantasque et toujours poétique de la musique de Haydn. Parallèlement, ils abordent les œuvres de compositeurs de notre époque comme Toshio Hosokawa, Wolfgang Rihm, ou encore Mathias Pintscher dont ils interprètent la première française de Figura IV au Festival de l’IRCAM. S’approprier la musique de leur temps est pour eux le lieu d’une réflexion sur le rôle de l’interprète et sa place dans la modernité. A travers ses liens intertextuels et ses rencontres anachroniques, cette vision d’ensemble du répertoire est devenue pour le quatuor la force motrice d’une réflexion essentielle au musicien d’aujourd’hui.

  5 novembre 2017

“À mon cher ami Haydn”

Cuarteto Quiroga, quatuor à cordes

Aitor Hevia, violon.  Cibrán Sierra, violon. Josep Puchades, alto. Helena Poggio, violoncelle

Le Cuarteto Quiroga, quatuor en résidence du Palacio Real de Madrid, responsable de sa Collection Palatine de Stradivarius décorés, est un des ensembles les plus extraordinaires et dynamiques de la nouvelle génération européenne. La critique et le public internationaux se sont rendus à la personnalité forte du groupe et à ses interprétations audacieuses et innovatrices.

 

 

3 septembre 2017

Grange 6, rue Château l’Evêque

Après le concert, dégustation des vins du Clos du Château l’Evêque et tapas offertes par l’Ambassade d’Espagne.

En cas de pluie, le concert aura lieu au Temple

“Un quintette dans une grange”

Ensemble Azahar

Frederic Sánchez Muñoz,flûte; Maria Alba Carmona Tobella, hautbois; Miquel Ramos Salvadó, clarinette; Antonio Lagares Abeal, cor; María José García Zamora, basson

Oeuvres de Mozart, Anton Reicha, Joan Magrané, Joaquín Turina et Julio Medaglia

14 mai 2017

“Mélodies d’Espagne et d’Amérique Latine”

Virgina Correa Dupuy, mezzo soprano

Miguel Charosky guitare.

28 mai 2017

“Jean-Philippe Rameau”

Chiara Banchini, violon.

Françoise Lengellé, clavecin.

Marianne Muller, viole de gambe.

 

16 Juillet 2017

“Dois violões”

Cristina Azuma et Paulo Bellinati